Aucun élément trouvé
  • 12/10/2020
  • Actualité

Le coup d’envoi de la #semainecontre pauvreteinfantile est donné !


Plus de 530 000 enfants vivent dans la précarité. La Fondation Pelicano soutient aujourd’hui 1 250 enfants jusqu’à ce qu’ils décrochent leur diplôme et leur offre ainsi la possibilité de briser le cercle vicieux de la pauvreté. La Semaine de lutte contre la pauvreté infantile, surtout en periode de coronavirus, est plus essentielle que jamais. Les demandes d’aide adressées à la fondation Pelicano, l’organisation de soutien aux enfants vivant dans la pauvreté, ont décuplé cet été.

Bruxelles, le 12 octobre 2020 – La crise du coronavirus frappe durement les ménages qui, en temps normal déjà, ont du mal à joindre les deux bouts : les demandes de soutien adressées à la Fondation Pelicano ont décuplé cet été, et l’organisation compte se doter de moyens supplémentaires pour les mois à venir. Dans le cadre de la Semaine de lutte contre la pauvreté infantile (12-17 octobre 2020), elle lance dès à présent un cri d’alarme par sa campagne « brisez le cercle de la pauvreté ». A travers cette campagne, elle entend sensibiliser le public aux chiffres alarmants concernant la pauvreté infantile dans notre pays, chiffres qui ne feront qu’empirer suite à la crise sanitaire. Car ces chiffres sont éloquents : en ce moment, plus de 531 000 enfants vivent dans la pauvreté en Belgique. La campagne est soutenue par des noms connus tels que Angeline Flor Pua, Koen Wauters, Veronique De Kock et Natalia, qui ont reproduit le symbole de la campagne sur leur main et l’ont partagé sur les réseaux sociaux. 

Les effets de la crise du coronavirus se font ressentir dans toutes les couches de la société. Toutefois, ceux qui se restreignaient déjà au niveau financier éprouvent aujourd’hui encore plus de difficultés . Cela se reflète notamment par le nombre de demandes de soutien reçues par la Fondation Pelicano, l’organisation belge de lutte contre la pauvreté infantile : au cours de l’été, le nombre de demandes de soutien financier a décuplé, passant de 15 demandes pendant l’été 2019 à 150 cette année. Avec de nombreuses années d’expérience dans la lutte contre la pauvreté infantile, Pelicano offre jour après jour un soutien financier à 1250 enfants vivant dans la précarité, par le biais de partenaires sociaux et ce jusqu’au moment où ils terminent leurs études. L’organisation consacre annuellement plus d’un million d'euros (1 127 100,08 euros) au soutien d’enfants en situation de pauvreté, sous la forme par exemple d’interventions dans les frais scolaires, les voyages scolaires, mais aussi du financement d’ordinateurs portables et d’autres matériels. 

Vu l’impact profond de la crise du coronavirus sur la situation financière des ménages en Belgique, Pelicano entend se doter de moyens supplémentaires pour continuer à aider les familles en précarité à garder la tête hors de l’eau en cette fin d’année et l’année prochaine. « Cette crise est loin d’être terminée », affirme Christiaan Hoorne, Directeur général de la Fondation Pelicano. « Un enfant sur cinq risque de se trouver en situation de précarité ou de pauvreté. Si nous n’agissons pas maintenant, ce risque pourra encore s’aggraver. »

Une campagne nationale « brisez le cercle de la pauvreté »

La lutte contre la pauvreté infantile est actuellement plus importante que jamais. C’est pourquoi, dans le cadre de la Semaine de lutte contre la Pauvreté infantile (du 12 au 18 octobre 2020), la Fondation Pelicano lance une campagne destinée à rompre le cercle de la pauvreté. Par sa campagne « brisez le cercle de la pauvreté » , l’organisation belge de lutte contre la pauvreté infantile veut informer le public sur l’actualité de ce thème et l’inciter ainsi à agir. La campagne se déroulera essentiellement sur les réseaux sociaux, à travers des messages appelant les gens à dessiner le symbole de la campagne sur leur main. 

Des noms connus et des influenceurs tels que l’ex-Miss Belgique Angeline Flor Pua, Veronique De Kock, Koen Wauters et Natalia épaulent le projet et ont déjà répercuté la campagne sur leurs réseaux sociaux. Leur geste : dessiner le symbole de la campagne sur leur main. Le symbole est un cercle barré d’un trait oblique, un signe d’arrêt pour dire stop à la pauvreté infantile. « Le symbole représente la rupture avec la pauvreté infantile, une situation qui entraîne les enfants dans un cercle vicieux si on ne les aide pas. Il faut en finir avec la pauvreté infantile. Le trait oblique représente la ligne de vie sur la paume de nos mains à tous », précise Christiaan Hoorne.

« La Semaine de lutte contre la Pauvreté infantile est encore plus essentielle cette année, car les chiffres sont éloquents », ajoute Christiaan Hoorne. « Il y a en ce moment plus de 531 000 enfants en situation de précarité en Belgique. C’est 531 000 de trop. Nous devons agir maintenant en sensibilisant les gens. »

La lutte contre la pauvreté infantile profite à tous

Au-delà d’une sensibilisation du public au thème de la pauvreté infantile, la Fondation Pelicano a un autre objectif : « Il est urgent que nous nous attaquions au problème de la pauvreté infantile dans notre pays. Sensibiliser est un bon début, mais il importe que les pouvoirs publics entreprennent des actions et investissent dans la lutte contre la pauvreté infantile », estime Christiaan Hoorne. 

Un investissement concret des pouvoirs publics pour faire reculer la pauvreté infantile en Belgique réduit le risque de chômage pour les groupes concernés, de même que la probabilité de rester ancrés dans la pauvreté. La Vlerick Business School a récemment calculé qu’un euro investi par les pouvoirs publics dans la lutte contre la pauvreté infantile rapporte à terme entre cinq à neuf euros à la société tout entière. Il s’agit en l’occurrence de l’impact financier total à long terme pour l’État, en prenant en compte les recettes fiscales et les économies réalisées par l’absence ou la diminution de la pauvreté infantile (sur l'ensemble du cycle de vie d’une personne jusqu’à sa retraite).

Pour plus d’informations : www.semainecontrepauvreteinfantile.be et #semainecontrepauvreteinfantile

Contact


  • IBAN BE53 0687 7777 7753
    BIC: GKCCBEBB
    Mentionnez en communication: ‘Je soutiens un enfant Pelicano’.

Adresse


  • Siège
    Rue du Congrès 35
    1000 Bruxelles
  • Succursale Bruges
    Baron Ruzettelaan 3–3.2b
    8310 Bruges